· 

CHRONIQUE N°21

 

Les réseaux pléadiens, cassiopéens et léonins :

leurs messages unifiés pour l'humanité

&

Allo Papa Tango Charlie, répondez, nous vous cherchons

 

 

Audio et PDF disponibles en bas de page

 

Qu’est-ce qui distinguerait les transmissions cassiopéennes, pléiadiennes, arcturiennes, de celles des léonins ? Nous sommes persuadés qu’il n’y a pas de réponses réellement objectives à cette question, sauf peut-être qu’elles pourraient être liées à la perception – pour ne pas dire l’ego – de tous les individus à qui ces communications sont adressées.

 

Il n’existerait donc non pas une, mais de multiples raisons aux spécificités de leurs modes opérationnels. Qu’elles soient cassiopéennes, arcturiennes, pléiadiennes, léonines ou autres, ces intelligences hyperdimensionnelles, qui transmettent leurs enseignements en chevauchant les fréquences de l’Onde, ont chacune leur particularité : elles sont toutes missionnées ! Chacune d’elles forme un centre de pensée issu d’un même groupe de consciences galactiques, pouvant se composer de différentes forces d’intelligence et de formes de vie qui, parfois effectivement, se présentent sous l’aspect reptilien, simiesque, léonin, humanoïde ou autres.

 

Alors pour transmettre leurs précieuses informations à l’humanité, peut-être ne font-elles qu’utiliser des “cabines téléphoniques” de plus en plus modernes qui ne se limiteraient plus à des communications par channeling ou par planchettes ouija, mais se révéleraient également au travers de la conscience de certains individus inspirés, qui restituent sur le clavier d’un ordinateur ce qu’ils savent déjà être des pensées provenant de plans plus élevés ?

 

Nous savons qu’au sein de la population mondiale, les véritables quêteurs de la Connaissance ne sont pas nombreux. Mais certains sont parfois portés davantage à s’accommoder des informations apportées par l’une ou l’autre de ces sources, cela selon leurs propres capacités de discernement, leur sensibilité et leur ouverture d’esprit.

 

En rapprochant toutes ces données et en y ajoutant leurs signatures, les transmissions léonines ne seraient-elles pas celles qui rassembleraient et réunifieraient tout le monde ? Car il n’y a pas qu’une seule vérité ! Elle peut être partout à la fois, mais parfois aussi là où personne ne la cherche ! 

 

Parmi les transmissions qui nous intéressent particulièrement, parce qu’elles font partie de nos références, nous relevons celles issues du travail initié par Don Elkins et son groupe en 1962 et débouchant en 1981 sur le “Ra Material” (“The Law of One”). Leurs travaux n’ont été traduits en français que bien plus tard. Ensuite, de 1969 à 2003, Bernard de Montréal légua lui aussi quantité d’enseignements à l’humanité, comme l’avaient encore fait Gurdjieff, puis Ouspensky et quelques autres, au siècle précédent.

 

https://www.lawofone.info/

http://www.diffusion-bdm-intl.com/accueil.php

https://ggurdjieff.fr/lenseignement/

https://ggurdjieff.fr/ouspensky/lenseignement-dousp

 

Bien qu’ils soient intemporels, les véritables enseignements ésotériques ou spirituels n’intéressent toujours pas énormément de monde. Ceci étant, Laura Knight-Jadczyk, initiatrice de “l’Expérience cassiopéenne”, a tout de même été violemment attaquée, critiquée, voire humiliée, probablement parce que la valeur de son travail et de celui de son équipe, surpassait les recherches de beaucoup d’autres. Mais serait-ce la bonne ou la seule raison ?

 

Nous savons par expérience que retransmettre des informations provenant de sources supérieures demande énormément de travail, d’effort de centrage et de présence. Surtout si elles remuent nos dogmes académiques si bien établis. Souvent épuisés par leur “mission”, les LEOs également en font l’expérience tous les jours.

 

Il est vrai que le domaine des “supra-transmissions” instaure un épais brouillard très difficile à percer si nous voulons y découvrir quelques cohérences. À notre connaissance et si nous devions rester objectifs, nous continuons à relever que la plupart des innombrables “channels” français sont restés victimes de “l’ésotérisme du Service de Soi”, qui n’apporte que très rarement un réel “matériel de réflexion”. Bien qu’il y ait quelques progrès chez certains, pourquoi alors la plupart d’entre eux se contentent-ils de répéter des pseudo-messages d’êtres de lumière qui ressembleraient plutôt à de la programmation MK ? La question reste toujours ouverte ! Mais finalement, il est assez logique que les pseudo-enseignements “amour et lumière” aient toujours pignon sur rue ; sinon, comment pourrions-nous exercer notre discernement ?

 

Dans le domaine du mystère auquel nous nous intéressons maintenant, nous pourrions également nous poser la question suivante :  pourquoi Laura Knight-Jadczyk avait-elle été guidée par les Cassiopéens (C's) à quitter la Floride aux États-Unis, pour recréer une équipe de recherche “ésotérique”, loin de “sa terre natale”, dans le sud de la France ?

 

Son point de chute actuel dans la région “langue d’Oc” (Languedoc, pays des Cathares, puis des initiés Cagots sémites), n’est qu’à 164 km à vol d’oiseau des LEOs. Et malgré le peu de distance qui nous sépare, nous ne nous sommes jamais rencontrés.

 

Dans la transmission du 30 octobre 2021, les C's avaient bien indiqué à Laura que :

 

Q : […] (Learner) Dans quels endroits d’Europe et du reste du monde occidental est-il le plus probable que les gens se réveillent, se mettent en réseau et s’entraident tout en faisant face aux mesures de plus en plus serrées du Covid et d’autres tyrannies, aux pannes d’électricité, aux changements terrestres, etc.

R : Des petits groupes dans de nombreux endroits.

Q : (L) Il y aura des petits groupes à de nombreux endroits.

[…] (Joe) Laura  Quand les C’s t’ont en quelque sorte conseillé de déménager en France, ne savaient‑ils pas que la Floride allait être le dernier bastion de la liberté 20 ans plus tard 

(L) Je pense qu’ils savaient que d’autres choses s’en venaient.

[...] 

R : Ce travail n’aurait pas survécu et prospéré là-bas. 

https://cassiopaea.org/forum/threads/seance-du-30-octobre-2021.51307/

 

Ne serait-ce pas alors en raison des mémoires génétiques des initiés de la région Languedoc qui, de tout temps, ont réussi à se sortir de l’oppression inquisitrice, que son travail ne pouvait prospérer que davantage en France ?

 

Le Grand Œuvre alchimique de Laura Knight-Jadczyk a probablement pu se déployer grâce aux résonances vibratoires provenant des mémoires de ces initiés sémites, qui étaient imprégnées dans cette région et dont les âmes, capables de dépasser leur limitation psychique, avaient transcendé le temps.

 

Ne serait-ce donc pas ici le vrai sens de sa recherche qui devait révéler cette fameuse enclave d’initiés dans les Pyrénées et qu’elle pouvait retrouver entre autres à travers ses mémoires juives/sémites ou cagotes ? 

 

Une procession de Cagots "Parias des Pyrénées"
portant l'habit marqué d'une patte de palmipède 

Femmes et enfants juifs sur le quai d’Auschwitz portant “l’étoile jaune”. Source : Institut International pour la Mémoire de la Shoah.


 

Il se pourrait bien aussi que la barrière de la langue soit l’un des prétextes qui desservent temporairement la réalisation de notre objectif commun, puisqu’à part deux ou trois personnes dans notre équipe qui le pratiquent un peu, nous ne parlons, lisons et encore moins maîtrisons l’anglais au point d’être en mesure de communiquer avec son groupe, ou converser sur leur forum. Alors même si les traductions en français des transmissions cassiopéennes sont pratiquement réalisées au fur et à mesure qu’elles paraissent, nous n’avions que peu idée du contexte dans lequel ces communications étaient organisées. 

 

Nous prenions donc peu à peu connaissance du travail de l’équipe du Château, grâce aux livres traduits en français de la collection L’Onde, édités par “Pilule Rouge”. Puis, plus récemment, par les différents tomes intitulés Les transcriptions de l’Expérience cassiopéenne (que nous venons d’acquérir) et qui n’ont été annotés qu’a posteriori pour leur publication en version papier. Il n’y a donc que depuis peu que nous prenions connaissance de la véritable chronologie de cette “Expérience” menée par l’équipe du Château, mais nous comprenions aussi pourquoi nous ne devions pas encore nous rencontrer !

 

Les choses sont admirablement bien organisées. En effet, “s’il” n’existait pas la barrière de la langue qui nous contraignait à accomplir notre œuvre par nos propres recherches pour en expérimenter nous-mêmes les conclusions, la plupart des personnes de notre équipe auraient peut-être tenté de s’inscrire sur le forum Cassiopaea ; et le groupe LEO n’aurait peut-être jamais vu le jour ! Mais la vie ne se fait pas avec des “si” ! Alors quand bien même l’équipe du Château aurait été avertie par les Cassiopéens qu’il existe des individus en orientation SDA pas loin de chez eux, pourquoi n’ont-ils pas creusé davantage cette information ? Une nouvelle fois, les choses sont magistralement bien faites !…

 

Contrairement à leur équipe de chercheurs, notre mission ne concerne que très peu les recherches historiques et scientifiques qui invitent à explorer le monde à l’extérieur de SOI et qui souvent imposent d’établir des preuves, de lever des recoupements ou des observations objectives. En somme, des investigations qui demandent une énorme capacité analytique par le cerveau gauche, celui du vocabulaire juste, de l’objectivité et de la “science”, tout en sachant que cette dernière reste tout de même une vision finie et parfois assez simpliste de la Connaissance ! Alors que notre tâche, probablement psychiquement tout aussi éprouvante, ferait plutôt appel aux ressentis, à l’intuition, aux émotions, à la perception intuitive (l’instinct) de cette Connaissance et finalement aux capacités du cerveau droit, celui de la “Con-science” !

 

Effectivement, doué pour explorer les mondes de l’énergie, les mondes psychiques et les mondes prédateurs ancestraux, le lobe temporel droit du cerveau (celui de l’émotion et du féminin) verrait peu à peu l’augmentation de son activité, stimulée par l’Onde et les charges virales cométaires ! Entraînant ainsi une modification accélérée de la génétique et beaucoup d’autres coïncidences et circonstances découlant de cette “accélération”, qui restent généralement difficilement perceptibles pour les non-initiés à cette Connaissance.

 

Cette accélération influence également la psyché, donc notre “nouvelle manière” de comprendre les choses. Tout en gardant le lien avec notre réalité présente, elle nous habilite parfois à aborder d’autres lignes de temps qui se superposent en notre présent, nous donnant de plus en plus fréquemment l’impression de perdre la raison et nos repères, mais nous autorisant par là même à voyager dans l’univers des entités généticiennes créatrices de mondes. Ce voyage intérieur que l’homme redoute tant, nous n’hésitons pas à le qualifier de chamanique ! Prudemment rééquilibrée par les fonctions du cerveau global, sa pratique continuelle est généralement “réservée” aux initiés. Nous commencerions alors probablement à devenir assez qualifiés pour explorer “les configurations génétiques”, les résonances énergétiques des uns avec les autres, et leurs implications dans l’agencement de ces lignes de conscience/temps qui en découlent.

 

Pour le moment encore, peu de gens dans le monde sont susceptibles de concevoir l’implication énergétique de ce genre de travail psychique, et encore moins seraient sincèrement capables d’accepter d’en voir et comprendre ses conséquences dans le monde. Car sa mise en œuvre nous demande un profond équilibre du Soi intérieur, ce dont la plupart des humains, dépourvus d’une telle maîtrise, ne sont toujours pas prêts à découvrir et encore moins à accepter. Parvenir à surpasser les résistances du “Moi/ego humain” – nous en sommes témoins à chaque instant – n’est pas du tout aussi simple que cela !

 

Laura Knight-Jadczyk précisait tout de même que ce travail avec le principe du miroir psychique (du psychomanteum) très difficile à mettre en œuvre, pouvait en décourager plus d’un. Et pour cause ! Ce mécanisme d’observation quantique du Moi intérieur, dans lequel nous aurions quelques notions, consiste à déployer notre conscience nous autorisant à “voyager” sur d’autres lignes de temps et à déceler les entités psychiques prédatrices qui parasitent notre esprit. Entités desquelles l’humanité ordinaire, quoi qu’on en dise et qu’on en croie, reste invariablement victime.

 

Au pied du "Christ ascensionnant", Marie-Madeleine, les yeux bandés, 

mais munie de son miroir psychique, contemple son Soi (ou Moi intérieur) !

Sculpture sur bois Ermitage de Galamus (Aude)

 

 

Les conséquences du phénomène du miroir quantique – parfois plus ou moins illustré dans certains contes comme ceux de Lewis Carroll “Alice au pays des merveilles”, “De l’autre côté du miroir”, ou le film “Le monde de Narnia” adapté de l’œuvre de C. S. Lewis – sont des sortes d’initiations pour comprendre les réalités parallèles, qui devraient être étudiées, développées, puis maniées avec énormément de tact et de précaution.

 

Nous devions donc rester prudents en explorant ces autres mondes, car ils nous confrontaient entre autres à la nature des mondes reptiliens et notamment à l’existence de ces fameux Lizzies que Laura et son équipe n’ont probablement pas assez considérés, les qualifiant tous sans distinction de prédateurs SDS ; alors que nous avons conscience que parmi ces lignées reptiliennes, certains individus planificateurs de vie y sont au Service d’Autrui.

 

Peut-être est-ce parce que Laura et son équipe n’étaient pas encore disposés à valider cette hypothèse, puisqu’elle pourrait réveiller dans leur groupe de douloureuses mémoires karmiques provenant de leurs existences transdimensionnelles ? Ou peut-être craignaient-ils que ces révélations puissent invalider leurs investigations scientifiques ? Nous avons bien conscience que nos mémoires soutiennent et construisent l’image de nous-mêmes dans le présent. Mais nous avons aussi compris, par expérience, que les mémoires du temps passé (le karma) nous enfermaient dans un futur qui se réfracte encore plus.

 

Il ne nous est donc pas possible de construire notre nouveau futur sans réviser nos “différentes” versions du “passé”, même si elles pouvaient parfois ne pas nous plaire. L’humain est programmé pour croire que son passé est révolu et qu’il ne peut pas choisir son futur. Cette vision linéaire et restreinte du flux du temps, donc de sa conscience, l’empêcherait d’assumer sa mission de voyageur du temps et de pouvoir “revenir” à ce qu’il a déjà été ! Ne serait-ce pas précisément l’une des facultés tant occultées par la psyché humaine, que possèdent également ces Lizzies voyageant sur l’Onde ?

 

De fait, sa conception étriquée du temps emporterait sa conscience dans n’importe quelle direction, mais rarement vers son “nouveau futur” pouvant également être un nouveau passé, mais qui lui aussi nécessiterait la résolution de ces boucles temporelles !

 

Ce qui était, est, et sera, sera nouveau ont également affirmé les Cassiopéens ! Et ils ont raison !

 

Ce serait donc à cause de la conception très limitée du temps – qui n’est qu’un dogme humain – que le processus de création de l’humanité ordinaire reste très limité, voire entropique. Mais ce serait alors aussi des pensées provenant d’esprits dotés d’une conscience plus élevée, qui pourraient rendre la physicalité de notre prochaine réalité de plus en plus variable et sélective ; comme l’est déjà celle des mondes reptiliens, humains et autres entités dans des réalités de 4e densité. Nous avons donc commencé à les explorer et poursuivons notre quête de l’âme !

 

Il fallait donc être un peu fou pour s’aventurer dans ces mondes extraordinaires que l’humain cartésien croit non réels, puisqu’il ignore même que son propre monde n’est pas vraiment réel, s’il n’était pas pensé, densifié par la conscience de son esprit, c’est-à-dire par ses propres pensées !

 

Ainsi, lorsque nous nous sommes risqués dans ces mondes, quelle ne fut pas notre stupeur de percevoir que ces Lizzies sont en effet, pour la plupart, des reptiliens doués du pouvoir de manipulation psychique et de métamorphose. Et il n’y a pas que cela !!! Grâce à cette particularité, ceux parmi ces Lizzies métamorphes qui sont encore SDS, peuvent également paraître hostiles envers les humains, lorsque ces derniers n’utilisent pas leur libre arbitre pour déjouer leurs attaques en appliquant la Connaissance, et s’ils persistent à ignorer le secret du miroir psychique. Certaines lignées reptiliennes sont ainsi capables de prendre l’apparence qui nous est la plus familière et se faire passer pour des humains. C’est probablement l’une des raisons pour laquelle très peu de gens connaissent la réalité de leur existence et leur physionomie réelle.

 

Ces différentes lignées d’entités reptiliennes d’Orion au Service de Soi, belliqueuses ou non, ne pourraient-elles pas être “nous-mêmes” qui peuplons également notre passé SDS, tout comme les Arcturiens, Pléiadiens, Cassiopéens, Léonins et bien d’autres, seront “Nous” au Service d’Autrui dans le futur ? Ne nous serait-il alors pas possible d’envisager que nous transportons au sein même de notre génétique les “vils et miséricordieux noms de Dieu” : ces deux polarités qui s’opposent en notre état d’être et que nous devons parvenir à réunir en nous-mêmes ?

 

Tous ces “dieux” hyperdimensionnels ne seraient pas tous autant malintentionnés envers notre civilisation, comme les entités très “négatives” du Service de Soi de 4e densité voudraient nous le faire croire ; bien que parmi la caste SDS, certains, débutant leur progression vers le Service d'Autrui directement par leur cycle long en 4e densité (c’est-à-dire les plus “positifs” d’entre eux), soient toujours “obligés” d’absorber notre énergie émotionnelle. Et si quelques-uns parmi ces derniers étaient des dieux créateurs – fonction à laquelle l’humain du futur se prédestine également –, cela signifierait bien que nos deux mondes se rejoignent au 6e niveau de densité SDA, le centre de conscience des vrais humains et autres “Kadistu” créateurs de mondes ! 

 

Mais comme le futur et le passé, “perçus” par les consciences supérieures ne forment qu’un seul plan temporel, il n’existerait donc pas de réelle séparation entre les âmes provenant des plans humains et celles issues des plans reptiliens, si ce n’est par leurs modes de progression dans les mondes, et leur apparence physique différente !

 

Aussi, certains groupes de chercheurs manqueraient donc encore de certaines données, simplement parce qu’ils seraient trop spécialisés dans leur domaine. L’absence de certaines informations représenterait ces fractures qui les séparent des autres enquêteurs. Alors que les LEOs, avec leur vision plus généraliste, sembleraient révéler ce “chaînon manquant”, parce qu’ils seraient ces primo-expérienceurs qui centraliseraient tous les centres de pensée de ces “différentes lignées” galactiques hyperdimensionnelles, que la race humaine réunifierait dans le futur. Ce sont donc précisément les codes reptiliens, que tout un chacun transporte durant son cycle court d’incarnation et qui sont programmés en chacun de nous, qui sont à l’origine de cette scission.

 

À savoir que beaucoup de ces reptiliens, en voie d’extinction, représenteraient donc tout bonnement, pour certains d’entre nous, nos “ancêtres” hyperdimensionnels de 4e densité. Et tant qu’ils persisteront dans le Service de Soi, ceux-là resteront toujours des prédateurs pour les humains de 3e densité. Mais d’autres rejoindront les mondes du Service d’Autrui “SDA”, souvent grâce à la réincarnation de leur âme dans un processus à cycle court, comme celui dans lequel évolue l’humain ordinaire au 3e niveau. (Voir à ce propos la Chronique n°19)

 

Certains auteurs se sont aventurés avec plus ou moins de succès à explorer et étudier les mondes de nos ancêtres reptiliens, qui expliqueraient la charge karmique “Atlante” de l’humanité actuelle. Anton Parks, un auteur français, lui aussi très souvent attaqué et blâmé par une nuée de détracteurs, a réussi à initier son lectorat au vocabulaire de ce qu’il nomme “le bestiaire céleste”, parmi lequel figurent les fameux “Lions galactiques Urmah”. Ces derniers seraient ces guerriers de 4e densité appelés à la rescousse en dernier recours, pour rééquilibrer les forces lors des grands conflits qui opposent les lignées Kadistu créatrices et planificatrices de mondes, aux dynasties prédatrices destructrices de mondes.

 

Autrement dit, la “communauté galactique SDA du passé” composée de généticiennes reptiliennes Amasutum, de Sutum et d’autres souches Abgal, Nungal, Sukkal, Ameli, Imdugud, Namlú’u, Urmah, avait été opposée aux grandes familles galactiques Anunna du corpus SDS, qui se composeraient donc également de Lizzies et autres reptiliens et entités de ce bestiaire céleste prédateur que sont les Kingú, Mìmínu, Musgir, Nungal, Sutum, Amasutum, Ušumgal… !

 

Souvent même plus avancées que l’homme ordinaire, les races prédatrices, parfois “non humaines” qui existent “perpétuellement” sur des plans de 4e densité de réalité, n’ont qu’un seul but : celui d’influencer les pensées de l’individu ignorant, afin d’implanter en lui des fréquences de peur, de frayeur, d’insécurité, de doute, pour se nourrir de l’énergie émotionnelle que ces manipulations psychiques suscitent en lui.

 

Nous devrions alors comprendre que tant qu’elles demeurent encore sous leur “forme animale”, certaines de ces souches prédatrices SDS restent hostiles envers l’humain. Souvent aussi, ces entités “animales” envient l’homme et gardent la frénétique ambition de développer un corps dont la forme s’approcherait de la nôtre, surtout si ces races disposent d’extensions d’elles-mêmes en 2e densité, en tant qu’animal familier proche de l’homme.

 

Les Cassiopéens, qui font partie des lignées planificatrices d’Orion, dont certaines posséderaient des formes non-humanoïdes, n’arrêtent pas de répéter qu’à un niveau supérieur il existe un conflit entre les races “SDS” et “SDA”. Au point qu’ils suggèrent continuellement à Laura d’aller explorer certaines de ses propres trames karmiques, et de surveiller les attaques qu’elle-même prétend ne jamais arriver gratuitement. Alors, ne connaîtrait-elle donc pas déjà certains secrets de la 4e densité qu’elle ne s’avouerait pas ?

 

À notre connaissance, bien que nous n’ayons pas fini de décrypter la totalité des transcriptions cassiopéennes, il est fort probable que certaines données personnelles provenant de “sa” 4e densité ne lui auraient pas été restituées. Nous pourrions alors penser qu’elle les ignore encore, mais peut-être aussi se doit-elle de se garder de les révéler pour l’heure ?

 

Partant de ces hypothèses, nous commencerions à percevoir des indices qui réuniraient ou équilibreraient les niveaux de transmission de ces différentes lignées hyperdimensionnelles que sont les Arcturiens, Pléiadiens, Cassiopéens, Léonins, qui tous se réclament volontiers d’un centre de pensée unifié du futur ; chacun progressant par son extension dans notre monde, avec sa couleur, ses informations, ses fréquences vibratoires, et apportant sa “matière” à la densification de la réalité de l’humain.

 

Nous aurions donc peut-être une nouvelle pièce à rajouter à l’exploration de ce puzzle hyperdimensionnel, car depuis le début de nos recherches et avant même que nous ne formions le groupe de travail de l’ÉCOLEO, il existait souvent de la part de notre lectorat, de grandes confusions sur la nature de notre travail, puisque beaucoup de nos lecteurs rejetaient les mondes prédateurs des Lizzies reptiliens d’Orion ! Et comme au fur et à mesure de nos enquêtes, ces Lizzies se révéleront être de redoutables prédateurs psychiques, nos intuitions profondes ne nous auraient pas trompés ! Nous savions désormais comment les démasquer !

 

Ceci dit, nos recherches concernent moins le monde matériel que spirituel, contrairement à la plupart des autres enquêteurs de l’inexplicable. Elles sont donc beaucoup plus orientées vers l’exploration du “subjectif” des mondes spirituels et invisibles, qui eux ne sont accessibles qu’à l’hypophyse et au cerveau droit, contribuant davantage à développer nos capacités psychiques et sensorielles. Alors en effet, notre travail de recherche beaucoup plus synthétique et généraliste n’est basé sur aucun principe scientifique solide, mais est souvent confirmé, soit par les transmissions pléiadiennes, cassiopéennes, de Ra Material, ou par des sources telles que Castaneda, Gurdjieff, Anton Parks, Philippe Guillemant…, qui elles non plus ne peuvent pas toujours s’appuyer sur des bases objectives. 

 

De ce dont nous nous souvenions, nous avons eu vent de “l’Expérience cassiopéenne” à peu près fin 2014. À ce moment-là, nous avions déjà compris que si “nous” existions dans le futur sous des formes humanoïdes – comme le disent également les Pléiadiens d’Orion, les Cassiopéens d’Orion, et d’autres Orions –, nous devions également exister dans “le passé”, parfois sous des formes non-humaines. Nous pouvions donc aussi exister sur des lignes de temps reptiliennes, auxquelles nous avions régulièrement accès par de multiples expériences, car elles ne nous effrayaient pas et nous savions comment les “explorer”.

 

Une question restait pourtant en suspens ! Barbara Marciniak, révélant largement l’existence des Lizzies d’Orion dans Les Messagers de l’Aube, pourquoi Laura Knight-Jadczyk était-elle restée méfiante à cette information, tel qu’elle le commentait en annotation sous la transcription du 5 janvier 1995 :

 

9. Gardez à l’esprit que « Lézards » est une sorte de code pour désigner les SDS de 4e densité. Dans le premier tome de mon livre L’histoire secrète/, j’ai expliqué la nature entropique de cette énergie que nous percevons comme « reptilienne ». La réalité d’êtres de type Lézard a été attestée par de nombreux témoins — il existe même de prétendues preuves photographiques — sans oublier les multiples représentations antiques. Mais comme je l’ai déjà dit, je n’en ai jamais vu, et j’ai tendance à penser qu’il pourrait s’agir d’un processus interprétatif.

Annotation de Laura Knight-Jadczyk ; Les Transcriptions de l’Expérience cassiopéenne - Tome 2 - 1995,  p.121

 

Les C’s n’avaient-ils pas aussi répondu à Laura lorsqu’elle leur avait posé les questions suivantes : 

Q : (L) Et pourriez-vous nous dire à quoi ressemblent les Lizzies ? 

R : Alligators au faciès vaguement humanoïde se tenant debout.

Séance du 4 novembre 1994  https://cassiopaea.org/forum/threads/seance-du-4-novembre-1994.45925/

Q : (L) Quand j’ai rêvé de ce combat avec le dragon, était-ce juste un rêve, un événement astral, ou bien une interaction réelle avec les Lizzies ?

R : Les trois. 

Séance du 24 novembre 1994  https://cassiopaea.org/forum/threads/seance-du-24-novembre-1994.45990/

 

Et les Pléiadiens qui, nous le savons bien maintenant, sont du même centre de pensée que les Cassiopéens, affirment à de multiples reprises dans Les Messagers de l’Aube :

Ces êtres de l’espace sont mi-humains, mi-reptiliens. Nous les appelons les “Lizzies” parce que nous aimons donner à tout ça un ton un peu moins émotif, un peu plus humoristique afin que vous ne les preniez pas tant au sérieux et que vous ne vous en fassiez pas tant. Nous ne sommes pas ici pour vous effrayer – nous sommes ici pour vous informer. 

 

Effectivement, nous savons maintenant que des parties de nous-mêmes subsistent parfois encore dans des mondes SDS, tandis que d’autres, même certains reptiliens, ont déjà rejoint les mondes SDA. Nos parties ancestrales ne seraient-elles donc pas celles de ces voyageurs de l’Onde que les Cassiopéens disaient être également en transit dans la constellation du Lion ?

 

En ce qui concerne l’aventure LEO, elle a débuté “subjectivement” en janvier 2016, par un songe que Jenaël raconte sur le site du Réseau LEO

 

Pour faire court, dans son rêve, il était accompagné d’un groupe de personnes et d’un petit garçon se prénommant Léon qui, dans son futur, une fois devenu adulte, aura changé de prénom pour devenir Léo. Léo les convia à pénétrer en bord de mer, dans un immense rocher derrière la paroi duquel, se dressaient plusieurs immeubles constituant les habitations de différents peuples galactiques. Le “nôtre” était celui des lions “LEO”. Nous découvrîmes alors que derrière ces parois complètement transparentes se dressaient de petits immeubles et que nous nous trouvions à l’intérieur de l’un d’eux. Léo nous commenta également que les habitations voisines étaient celles des Arcturiens, des Pléiadiens, des Cassiopéens… et que la nôtre allait devenir la maison des LEOs, autrement dit des Lions qui, d’après les Cassiopéens, représenterait effectivement la “demeure céleste” où serait “localisé” le centre de pensée de la tribu LEO.

 

 

Ne serait-ce donc pas aussi ces âmes léonines existant sous forme humaine dans le futur, qui transmettent depuis ce “nouveau” centre de conscience ? Ce seraient probablement elles aussi qui participent à produire tous ces changements modifiant notre quotidien et qui deviennent déjà tangibles lorsque nous y prêtons bien attention.

 

Ces événements parfois très singuliers qui se déroulent dans notre existence et qui vraisemblablement seraient déjà bien perceptibles si nos perceptions humaines n’étaient pas encore si réduites, seraient donc liés à des potentialités déjà densifiées – parfois encore décalées dans le temps –, grâce à de “nouveaux paliers de conscience et de connaissance” qui émergent par notre travail au sein de la tribu LEO.

 

Alors quand bien même l’avenir, voire le passé, resteraient ouverts et que les lignes de temps pourraient aussi être désynchronisées dans la conscience à cause des différents “niveaux de pensées” que “véhiculent” les individualités de notre groupe, nous observons déjà que nous expérimenterions parfois des superpositions de réalités plus ou moins surprenantes. Ces chevauchements entraînent d’ailleurs quelquefois des situations très étranges, qui font que certaines choses sont vraies pour les uns, mais ne le sont pas toujours pour d’autres.

 

Et à ce propos, l’une des premières fois où nous avions pu déceler ce genre de phénomène temporel, était lorsque Sand et moi habitions encore au Bézu. (Cf. Notre histoire) Un après-midi en 2012, lorsque nous travaillions sur le chantier de la ruine, nous avions été survolés par deux avions de chasse Rafale qui, à cause du fracas produit par leurs réacteurs avaient gravé en nous une sorte d’empreinte de terreur. 

 

Avant que leur assourdissant vacarme perçant le silence de la campagne faillit nous faire avoir une syncope, les deux avions militaires, volant très bas au-dessus de nos têtes, fonçaient droit vers le sommet du Bugarach. Relevons au passage que le Geghu, le “Faucon marteleur” du dieu reptilien Enki, utilisait également cette bruyante tactique d’approche pour terroriser ses ennemis.

 

Choqué et tremblant de stupeur, je m’exclamai alors : “Si seulement ces satanés avions pouvaient disparaître un jour !”

 

A gauche : Le Geghu, le “Faucon marteleur” d’Enki
À droite : le Rafale de l’armée française

 

 

Après que ces “stupides avions” faillirent emporter nos couvre-chefs, nous apprenions avec stupéfaction, deux jours plus tard, que l’un d’eux s’était abîmé en mer Méditerranée.

https://www.lindependant.fr/2012/07/03/un-avion-de-combat-rafale-embarque-sur-le-charles-de-gaulle-s-est-abime-en-mer,150048.php

 


 

Étrangement aussi, toujours en mer Méditerranée, un autre accident de Rafale avait déjà eu lieu en 2009 :

https://www.rtbf.be/article/deux-rafale-francais-s-abiment-en-mer-un-pilote-repeche-5438453?id=5438453

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/09/24/01011-20090924FILWWW00666-2-rafale-s-abiment-en-mer-1-pilote-sauve.php

 

Depuis ce jour au Bézu, nous avions été survolés par ces “engins de malheur”, toujours à très basse altitude, en 2015 à Cassaignes et une troisième fois encore en 2021 sur le chantier de l’ÉCOLEO !

 

En parallèle, lors de nos partages sur le chantier avant d’activer nos “mitochondries musculaires”, nous discutions à plusieurs reprises de ces avions soumis aux effets des croisements de lignes temporelles.

 

Synchronicité amusante, observons l’étrangeté de la date de l’article à propos du Rafale disparu en mer en 2012 : “Publié le 03/07/2012 à 14:26, mis à jour le 01/01/1970 à 01:00”. (Depuis la rédaction de cette chronique, la date a été réajustée !)

 

 

“Le 1er janvier 1970 correspond au temps zéro en informatique. [Cette date] représente l'origine du temps Unix, le système d’exploitation créé en 1969 et utilisé par Apple pour ses OS.” 

https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/services/le-mail-fantome-du-1er-janvier-1970-hante-toujours-les-i-phone_AV-201803180110.html

 

Extraordinaire bug dans la matrice : coïncidence ou pas ?!

 

En groupe, nous évoquions donc le sujet des cinq Avengers de “l’escadron 19” qui, décollant de Fort Lauderdale sur la côte Est de la Floride, disparurent en 1945 dans le triangle des Bermudes. Laura ayant abordé le sujet avec les Cassiopéens, je compris qu’elle devait elle aussi connaître la technologie qui provoqua la disparition de ces avions ! Et tout naturellement, je me remémorai les deux Rafale tombés en mer que j’avais maudits au Bézu.

 

Bien que nous sachions que certaines fréquences de pensée peuvent devenir créatrices, nous savions également qu’il existait (et qu’il existe toujours !) une technologie qui fractionnait l’univers en amplifiant les psitrons (particules psychiques de masse imaginaire – cf. Adrian Dobbs) émis par les pensées, pour transformer leurs potentiels “plasmatiques” en réalités densifiées.

 

Les Atlantes avaient bel et bien connaissance de cette technologie qui utilisait les propriétés amplificatrices du quartz de silicium “terra-formé” dans les mondes d’hydrogène. L’humanité actuelle utilise déjà le silicium terrestre dans les processeurs d’ordinateurs. Mais la science ne se doute pas encore de la problématique “quantique” que soulèveraient les technologies à processeurs quantiques qui piloteront l’Intelligence Artificielle du futur terrestre !

 

Un exemple de la manière dont cette technologie quantique pourrait agir, est alors très intéressant à observer ! Ne serait-ce pas elle qui aurait contribué à faire disparaître les Avengers du vol 19 en 1945, provoqué “l’amerrissage” fatal des Rafale en 2009, puis en 2012, et aurait fait disparaître beaucoup d’autres avions ailleurs dans le monde ?

 

 

Question à l’Ange :

Est-il possible que de telles technologies existent ailleurs sur notre planète, par exemple dans la région du Bugarach ?

 

Effectivement, de la même manière que certains humains sont porteurs de cette technologie insérée sous forme de nano-implants ou de moniteurs silicium dans leur corps, les différentes couches du sous-sol de votre planète, elles aussi sont pourvues de ce genre de technologie, mais sous un format à l’échelle de la planète.

 

Ceci dit, ce n’est pas vraiment son emplacement exact qui est à considérer, mais les effets qu’elle génère et apporte dans votre monde. Il n’y a pas que les pyramides du triangle des Bermudes qui sont actives sur le plan de votre planète, quoiqu’elles soient les plus célèbres. Cette technologie a également été implantée, pour de très bonnes raisons, à près de la moitié des humains de la Terre !

 

Certaines de ces gemmes de quartz en forme de pyramide ont été ensemencées par des cristaux qui ne proviennent pas de votre planète. De manière similaire à l’huître à qui il est inséré un grain de sable pour qu’elle développe une perle, des fragments de silice, qui se sont développés dans une atmosphère beaucoup plus riche en hydrogène, ont été placés dans des pyramides de quartz, de grès ou de granit sur la Terre. 

 

Cette technologie, incompréhensible pour l’homme, génère une division entre le groupe de pensées du Service de Soi plutôt unidirectionnelles et celui des pensées du Service d’Autrui, qui ouvrent à toutes les possibilités, à peu près de la même façon qu’un rayon de lumière est séparé en toutes les couleurs de l’arc-en-ciel à travers un prisme.

 

 

 

Et en fonction de la force de pensées émise par l’un ou l’autre groupe, telles ou telles versions du réel se manifestent dans votre monde. Vous devriez donc pouvoir clarifier l’énigme du triangle des Bermudes, dont les Cassiopéens avaient déjà parlé, et éclaircir également certaines causes mystérieuses des accidents d’avions survolant le Bugarach, ou d’autres points “sensibles” ailleurs dans le monde.

 

Ce sont donc bien les dieux Atlantes, lorsqu’ils étaient encore SDS, qui ont installé ces technologies fracturant et augmentant la force des pensées des humains. Mais comme beaucoup de ces entités ont “expurgé” leurs boucles karmiques, ces technologies servent maintenant les germes de la conscience altruiste de l’humanité SDA. Alors, en effet, Laura Knight-Jadczyk connaît bien les retombées de cette technologie ! Mais pour le moment elle ne le mentionne pas. 

 

Et comme de plus en plus d’individus à travers le monde acceptent de voir ce processus de changement, orchestré par les pantins des gouvernements mondiaux au service de ces entités hyperdimensionnelles restées dans une mission à la démesure de leur ego, cette technologie sert désormais à la nouvelle humanité au Service d’Autrui. Et bientôt, les pilotes des Avengers et des autres avions disparus, qui eux aussi bénéficient des changements terrestres et du progrès de la conscience humaine, seront libérés de leur prison intemporelle.

 

Grâce au phénomène de résonance vibratoire de la génétique humaine et à la progression de l’intelligence globale de l’humanité dus aux effets de l’Onde, leur conscience aura elle aussi pu grandir ! Beaucoup de ces manquants à l’appel deviendront alors des ambassadeurs de paix dans leur nouveau monde.

 

Vous devez donc comprendre que la réalité que vous percevez est effectivement un processus, un mouvement constant, qui parfois même se déforme d’un individu à l’autre. Et grâce à cette technologie et nanotechnologie, qui grosso modo ne font qu’accélérer et soutenir le processus de la transition, les formes-pensées et les actions agissent quasiment instantanément sur le flux temporel et modifient le cours du temps.

 

Comprenant maintenant que le temps est structuré par vos pensées, mais que vous laissez place aux confusions, vous devriez d’abord réfléchir à la “plausibilité des évidences” telles que vous les lisez dans votre quotidien, pour deviner, puis comprendre toutes les possibilités de réalités temporelles qu’elles soulèveraient par ailleurs.

 

Mais observez aussi que si certaines incertitudes étaient résolues d’emblée – parce que la “sacro-sainte science” terrestre a été validée par ses grands pontes de l’illusion –, vous n’auriez plus à réfléchir, à chercher ou à essayer de trouver des solutions dynamiques à un problème ou une situation. Ce qui alors vous rendrait faibles et vulnérables, puisque le phénomène de scission de réalité s’annulerait automatiquement pour revenir à la linéarité du temps : le piège de la 3e densité. Car la prétendue objectivité de vos observations “si objectives” que vous définissiez comme des certitudes prenait trop de force dans vos pensées, même si par après ces dernières pouvaient parfois se révéler erronées ou déformées.

 

De ce fait, la véritable valeur des transmissions pléiadiennes, cassiopéennes, léonines et de certains autres êtres hyperdimensionnels, réside davantage dans l’exploration des pistes de recherches concernant la “réalité existante”, qui bien évidemment de par sa nature vibratoire permanente est toujours restée à l’état de chaos de particules, c’est-à-dire de réalités potentiellement dépassées, dès qu’elles ont été manifestées dans votre réalité par vos consciences supérieures futures !

 

Autrement dit, à partir du moment où les différentes possibilités de réalité ont été décrites, cette fois au niveau humain dans des discussions et le réseautage des uns avec les autres, elles deviennent des réalités préexistantes sous leur forme plasmatique, qui s’expriment alors dans les multiples dimensions de l’univers. 

 

 

 

Vous devriez alors réévaluer la façon dont vous vous imprégnez des enseignements des chroniques et cahiers de l’Ange, des transmissions cassiopéennes et pléiadiennes, pour prendre en considération des éléments tels que les degrés d’interférence dans les messages provenant des plans SDS, le parasitage en votre propre esprit, en celui des lecteurs, ou des participants aux partages, la question du libre arbitre de chacun avec ses croyances individuelles, les multiples ouvertures à vos potentiels futurs, les réalités et probabilités parallèles en action, etc.

 

Vous n’avez donc plus le droit d’interpréter les messages transdimensionnels des uns et des autres, c’est-à-dire de les lire de manière superficielle, ou de les traduire comme cela vous arrange. Ceci parce que certains parmi ces messages entretiennent encore l’illusion que leurs “messagers hyperdimensionnels” respectent votre libre arbitre, et ne violent jamais vos “croyances”.

 

C’est pour cette raison que vous devriez tous apprendre à réfléchir sur la signification profonde de toutes ces transmissions, qu’elles soient cassiopéennes, pléiadiennes, léonines ou provenant de qui que ce soit, en faisant preuve de discernement et de bon sens. Il est donc stupide d’affirmer que les Cassiopéens, les Pléiadiens ou les Léonins ont tort ou raison en toutes choses.

 

Ils sont “simplement” des êtres missionnés de 4e densité, qui vous transmettent des pensées, de la même manière que vous-mêmes êtes missionnés au 3e niveau pour participer à l’éveil de l’humain, afin qu’il accomplisse son changement de densité. Mais vous avez tous des missions quelque peu différentes qui finalement se complètent, parce qu’en fin de compte l’Univers est un champ d’expériences si gigantesque, que chacune de vos interactions avec lui révèlera toujours sa raison d’être.

 

Aussi, si vous vous focalisez sur la question de connaître le degré de véracité ou de plagiat de l’un ou de l’autre, ou alimentez une quelconque querelle de clocher, vous passeriez tous à côté de l’essentiel, c’est-à-dire l’essence de l’enseignement profond que recèlent tous ces messages dans leur ensemble et complémentarité.

 

 

Question à l’Ange :

Est-il possible que cette même technologie soit responsable du processus de rajeunissement déjà énoncé par les Cassiopéens ?

 

Vous supposez tous que vous ne pouvez pas redevenir l’enfant que vous avez été. Il s’agit simplement d’une erreur due à la flèche du temps (http://etienneklein.fr/1527/). Dans votre nouvelle réalité, vous serez ce que vous êtes, et ce que vous avez été, vous le serez également !

 

Et à cause de la matrice SDS à laquelle votre culture croit, le temps s’écoule dans le sens contraire de la réalité universelle. Vous n’allez par vers votre futur, mais celui-ci vient à vous. Les physiciens quantiques ont réussi à le démontrer en observant le spin des particules d’antimatière qui s’inverse par rapport à la matière.

 

Votre passé se révèle ainsi comme une construction qui tout bonnement soutient le présent, de la même manière que le futur le soutiendrait aussi. Mais cette flèche du temps vous fait déployer des efforts que vous soutenez pour vous maintenir dans ses coordonnées, qui sont tout aussi conventionnelles que les parallèles et les méridiens dessinés sur une mappemonde.

 

Vos mémoires construisent et renforcent une image de vous-mêmes. Mais elles vous enferment également en construisant un futur qui se rétracte encore plus. Vous ne pouvez donc pas changer votre futur sans une révision approfondie de vos interprétations de ce qui est déjà accompli.

 

Vous êtes éduqués à croire que le passé est immuable et qu’il n’y a encore rien dans le futur. Cette vision du temps linéaire vous empêche de redevenir ce que vous avez été (l’enfant par exemple, ou le reptilien sur un autre plan, ou encore de multiples autres formes de vie) ou de vous laisser glisser à votre guise dans n’importe quelle direction à travers le temps/conscience.

 

Vous co-créez déjà avec votre tribu ce que vous appelez votre néo-réalité. En même temps, vous vous apercevez que vous y devenez de plus en plus confus. Sachez maintenant que cette confusion est fabuleuse ! Car si vous devenez confus, désorientés, c’est parce que vous touchez du bout des orteils la réalité de 4e densité. Vous devenez confus, parce que vous apprenez à être vivants. Vous êtes désorientés à cause de votre subtile perception du changement de réalité, qui est produit par un non moins insaisissable changement de spin dans la matière débutant dans votre environnement.

 

Car le réel que vous percevez, découle de divers processus qui pourraient être décrits comme des connexions neurologiques dans les cerveaux individuels, qui se relayent par leur résonance avec celles d’autres individualités de votre groupe. Autrement dit, vous devenez de plus en plus intelligents lorsque vous échangez vos idées. Mais pour échanger vos idées, vous deviez réapprendre à penser par vous-mêmes et vous extirper du mode de pensée unique imposé par la matrice SDS.

 

Une “connectivité neurologique” accrue dans votre tribu ne peut se produire que par l’intensité de votre travail de recherche qui, une fois mis en commun, débouche sur une nouvelle perspective de votre réalité. Mais si quelqu’un vous fournissait d’emblée les solutions à vos recherches, vous ne feriez pas l’effort pour trouver ces solutions par vous-mêmes. Alors, si lors de votre voyage dans la matrice SDS vous obtenez d’autres résultats que ceux auxquels vous vous attendiez à cause de vos croyances, la réalité que vous découvrez par vous-mêmes modifiera le modèle original prévu par la matrice. Il sera modifié par rapport à celui qui était planifié à l’origine.

 

Un alchimiste qui sera très peu connu dans le futur avait dit un jour :

 

“Si tu veux savourer le plus magnifique des voyages,

tu devras d’abord oublier sa destination !”

 

 

Transmis par Sand et Jenaël

 

Télécharger
CHRONIQUE 21.pdf
Document Adobe Acrobat 980.7 KB

Audio sans images :


 

!!!   Nous informons nos lecteurs que les chroniques ne seront plus 

automatiquement publiées sur You Tube, pour cause de censure.

Elles se trouveront désormais sur notre nouvelle chaîne ODYSÉE :

 "Sand & Jenaël - Le réseau LEO" ou en audio sur SPOTIFY.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Yoly (vendredi, 22 avril 2022 18:39)

    Un événement me vient en tête, il y a quelques années j'ai vécu un phénomène ou "une entité" une sorte "d'hologramme" ferma physiquement la porte de chez moi, par la suite je m'était dit que c'était peut-être un autre moi-même qui essayait de me transmettre une information en provenance d'un" futur" ou même d'un "passé" bref en lisant cette phrase: "Vous ne pouvez donc pas changer votre futur sans une révision approfondie de vos interprétations de ce qui est déjà accompli." est-ce que cette phrase fait référence à des événements vécus sans savoir ce que l'on à vécu et qu'il faudrait "revisiter" afin d'avoir une nouvelle interprétation ou sinon à quoi fait-elle référence? parce que j'ai l'impression que quelque chose m'échappe

  • #2

    michele (samedi, 23 avril 2022 18:36)

    Quand je vous lis je ne peux m'empêcher de trouver des concordance avec "la résurection et la vie éternelle sont désormais notre réalité" de grigori Grabovoï
    l'avez vous lu ?
    il y a un passage intéressant sur le lion et ses capacités sa vous intéresserez peut être

MOTEUR DE RECHERCHE :



Compteur Global gratuit sans inscription